euronews.com

 

 

 

Les autorités françaises sont inquiètes. Le pays, de l’aveu de son Premier ministre, subit “une seconde vague forte“. Le président de la République française s’est exprimé en direct à la télévision ce mercredi soir pour présenter des mesures encore plus contraignantes que celles qui ont été déjà prises. Emmanuel Macron a ainsi confirmé un nouveau dispositif évoqué depuis plusieurs jours, à savoir la mise en place d’un couvre-feu à Paris et dans huit autres métropoles françaises pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus.

Ce couvre-feu va donc s’appliquer à l’ensemble de la région Ile-de-France, à Lille, Rouen, Saint-Etienne, Toulouse, Lyon, Grenoble, Aix, Marseille et Montpellier. Cette mesure concerne donc plus de 20 millions de Français.

 

Emmanuel Macron
@EmmanuelMacron
Un couvre-feu sera instauré de 21h à 6h dans les zones d’état d’urgence sanitaire.

Image

A ce jour, la pandémie de Covid-19 dans l’Hexagone a causé la mort de 33 037 personnes, dont 104 décès ces dernières 24 heures selon le bilan de Santé publique France. Et ces dernières semaines, les contaminations et les hospitalisations sont reparties à la hausse, faisant craindre une nouvelle saturation des établissements de santé. 9 194 personnes, dont 1 673 en réanimation, sont actuellement pris en charge dans les hôpitaux français après avoir été contaminées par le virus SARS-CoV-2. 22 591 nouveaux cas de contaminations ont été enregistrés en 24h dans le pays.

Le gouvernement français, en liaison avec les autorités locales, avait déjà pris des mesures pour combattre l’épidémie. Plusieurs grandes métropoles françaises, comme Paris, Marseille ou Lyon, sont déjà en “zone d’alerte maximale”, où le taux d’incidence – soit les nouveaux cas détectés durant sept jours – dépasse 250 pour 100 000 habitants dans la population générale. De nombreuses restrictions, comme la fermeture des bars, ont été mises en place dans les territoires concernés.

Le gouvernement français, en liaison avec les autorités locales, avait déjà pris des mesures pour combattre l’épidémie. Plusieurs grandes métropoles françaises, comme Paris, Marseille ou Lyon, sont déjà en “zone d’alerte maximale”, où le taux d’incidence – soit les nouveaux cas détectés durant sept jours – dépasse 250 pour 100 000 habitants dans la population générale. De nombreuses restrictions, comme la fermeture des bars, ont été mises en place dans les territoires concernés.

 

Mais ce taux d’incidence progresse toujours. Dans la métropole d’Aix-Marseille, il a atteint 271 pour 100 000 habitants durant la semaine du 5-11 octobre, contre 218 la semaine précédente.

Parmi les sept autres métropoles françaises qui ont basculé en zone d’alerte maximale depuis le 23 septembre, la situation est toujours critique à Saint-Étienne, avec un taux d’incidence hebdomadaire qui s’est envolé à 519 (et à 397 pour les plus de 65 ans), selon des chiffres de la préfecture de la Loire.

Ces derniers jours, le taux d’incidence a atteint 422 à Paris, qui se situait entre 250 et 300 fin septembre, 424 à Lille et 256 à Toulouse, qui a basculé comme Montpellier en zone d’alerte maximale mardi

Mais ce taux d’incidence progresse toujours. Dans la métropole d’Aix-Marseille, il a atteint 271 pour 100 000 habitants durant la semaine du 5-11 octobre, contre 218 la semaine précédente.

Parmi les sept autres métropoles françaises qui ont basculé en zone d’alerte maximale depuis le 23 septembre, la situation est toujours critique à Saint-Étienne, avec un taux d’incidence hebdomadaire qui s’est envolé à 519 (et à 397 pour les plus de 65 ans), selon des chiffres de la préfecture de la Loire.

Ces derniers jours, le taux d’incidence a atteint 422 à Paris, qui se situait entre 250 et 300 fin septembre, 424 à Lille et 256 à Toulouse, qui a basculé comme Montpellier en zone d’alerte maximale mardi.

Print Friendly, PDF & Email