Print Friendly, PDF & Email

 

 

 

 

 

 

Vidéo : le reportage de Thierry Sentous et Eric Foissac

 

 

Un couple a été pris pour cible dans sa voiture par un homme armé ce vendredi matin à Colomiers près de Toulouse. Il s’agit de Rahim Namazov, un ressortissant azeri se présentant comme journaliste, en exil en France depuis 2010 et de sa femme. Lui est grièvement blessé, sa femme est décédée.

Par Laurence Boffet 

Il est 8h50, ce vendredi matin, quand plusieurs coups de feu retentissent, allée Blaise Pascal, à Colomiers. Un homme tire à sept reprises sur une voiture. A son bord, un couple qui vient de déposer l’un de ses enfants à l’école et rentre à son domicile, dans ce quartier résidentiel.
Le conducteur est blessé au dos, sa femme est grièvement blessée à la tête. Malgré ses blessures, son conjoint parvient à gagner l’hôpital Purpan à Toulouse, où ils sont admis tous les deux. La femme y décèdera en début d’après-midi, selon le Parquet de Toulouse.
A Colomiers, le tireur et son complice, resté dans une voiture à proximité, prennent la fuite.

Un journaliste azeri en exil ?

L’homme visé par les coups de feu s’appelle Rahim Namazov. A son arrivée à Toulouse, en septembre 2010, il se présentait comme un journaliste fuyant son pays, l’Azerbaïdjan. D’après l’Association des journalistes de Toulouse (AJT), il y avait été emprisonné et menacé de mort. Mais selon l’association Reporters sans frontières, aucun élément ne permet aujourd’hui de confirmer ou d’infirmer le statut de journaliste de Rahim Namazov.
Avec son épouse et ses trois enfants mineurs, ce dernier  avait obtenu le statut de réfugié en 2012.

Une plainte déposée​

Visiblement, Rahim Namazov se sentait menacé. L’avocat du couple avait déposé une plainte en son nom le 13 mars dernier au commissariat de Colomiers, dénonçant notamment des menaces de mort proférées par téléphone. Selon le Parquet de Toulouse, Rahim Namazov avait expliqué lors de son audition par le service régional de police judiciaire (SRPJ), “que les menaces qu’il subissait , lui et sa famille, depuis peu, pouvaient être en lien avec son activité de journaliste qu’il avait exercé dans son pays d’origine et qu’il poursuivait en France sur des réseaux sociaux“.

Une enquête ouverte pour tentatives d’assassinats

L’enquête, confiée au SRPJ de Toulouse, a été ouverte sous la qualification initiale de tentatives d’assassinat. Ce vendredi soir, plusieurs pistes d’enquête sont envisagées selon le parquet de Toulouse qui indique s’être dessaisi de l’affaire au profit de la Juridiction Interrégionale Spécialisée de Bordeaux, “compte-tenu du caractère probablement organisé de ces faits criminels“.