Print Friendly, PDF & Email

La troisième édition du Prix des Droits de l’Homme Václav Havel, qui récompense des actions exceptionnelles de la société civile pour la défense des droits de l’homme, a été décernée à Ludmilla Alexeeva, défenseure russe de longue date des droits de l’homme. Le Prix d’une valeur de 60 000 € lui a été remis au cours d’une cérémonie qui s’est tenue aujourd’hui au Palais de l’Europe à Strasbourg, à l’occasion de l’ouverture de la session plénière d’automne de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE).

Présentant le trophée, la Présidente de l’APCE, Anne Brasseur, Présidente du jury de sélection, a déclaré : « Ludmilla Alexeeva a inspiré des générations de militants en Russie, mais aussi à l’étranger, à s’engager dans la lutte pour la justice. Pendant des décennies elle a été persécutée et menacée. Elle a perdu son emploi et a dû quitter son pays pour pouvoir continuer à dénoncer les violations des droits de l’homme en Union soviétique. Aujourd’hui, elle préside le Groupe Helsinki de Moscou, une organisation qui se heurte souvent à un environnement hostile en tant qu’ONG de libre pensée, mais qui néanmoins continue à dénoncer les violations des droits de l’homme et offre de l’aide aux victimes. Je suis honorée de voir Mme Alexeeva dans cet hémicycle aujourd’hui, et je salue son engagement de toute une vie ».

Ludmilla Alexeeva, âgée de 88 ans, est une éminente défenseure des droits de l’homme dans son pays natal, la Russie. Dans sa jeunesse, elle a renoncé à une carrière universitaire pour adhérer au mouvement soviétique dissident, puis est devenue l’un des membres fondateurs du Groupe Helsinki de Moscou. Contrainte d’émigrer aux Etats-Unis en 1977, elle est retournée en Russie en 1989 pour poursuivre son action, devenant Présidente de la Fondation internationale Helsinki et, ultérieurement, membre de la Commission des droits de l’homme de la présidence russe. Elle a travaillé sans relâche pour la protection et la promotion de la primauté du droit.

Les représentants des deux autres candidats présélectionnés, les ONGs Women for Afghan Women (Des femmes pour les femmes afghanes), et Youth Initiative for Human Rights (Initiative des jeunes pour les droits de l’homme), ont également reçu une distinction lors de la cérémonie. « Les trois candidats méritent notre plus haute considération », a déclaré la Présidente.

***
Note aux rédactions

Le Prix des droits de l’homme Václav Havel est décerné chaque année par l’Assemblée parlementaire, en partenariat avec la Bibliothèque Václav Havel et la Fondation Charte 77, pour récompenser des actions exceptionnelles de la société civile dans la défense des droits de l’homme en Europe et en dehors du continent. Sont prises en considération les candidatures de toute personne, organisation non gouvernementale ou institution œuvrant à la défense des droits de l’homme. Le Prix consiste en une somme de 60 000 €, un trophée et un diplôme.

Le Prix est décerné en mémoire de Václav Havel, dramaturge, combattant du totalitarisme, artisan de la Révolution de velours de 1989, Président tchécoslovaque et tchèque et symbole durable de l’opposition au despotisme.

Le tout premier Prix Václav Havel a été décerné en 2013 au militant biélorusse des droits de l’homme Ales Bialiatski. Le défenseur azéri des droits de l’homme Anar Mammadli a été le lauréat 2014.